samedi 21 avril 2012

Habanera, tango et rumba.

De par son histoire, Cuba a été notamment le lieu de rencontre des rythmes de la contradanza (une danse d'influence française apportée par les Espagnols et les colons français venus de Haïti et de Louisiane) et du candombé en provenance d'Afrique.
Du croisement des multiples cultures en présence, vont émerger des danses et rythmes nouveaux, comme le danzòn et la habanera.

La habanera a donné à son tour naissance à deux nouvelles danses, le tango et la rumba:
"Tango et rumba sont tous deux issus de la habanera. Toutefois, cette danse cubaine aux racines espagnoles a donné naissance à deux sœurs très différentes, l'une à peau claire, l'autre à peau sombre: en Argentine et en Uruguay, la habanera a ainsi engendré le passionnel et mélancolique tango, danse que l'on pourrait qualifier d'européenne dans l'âme. A Cuba, elle a plutôt enfanté une chorégraphie sensuelle et pleine de vitalité, la rumba, d'essence plus africaine." (extrait du Guide des danses latino américaines, éditions Solar)

Voici le rythme caractéristique de la habanera (appelée aussi havanaise):

et celui tu tango, dont on perçoit bien la proximité avec celui de la habanera:

Dans le répertoire du musicien "classique", on trouve un tango d'Albeniz, composé en 1893:



Dans Bordel 1900, extrait de l'Histoire du tango, Astor Piazzolla retrace l'esprit et l'écriture des premiers tangos. On reconnait bien le rythme de la habanera à la guitare ( à 25'), puis sa déclinaison très caractéristique du tango en 3-3-2 ( à 50').


Bordel 1900: le tango naît à Buenos Aires en 1882; les premiers instruments à le jouer sont la guitare et la flûte. Par la suite, s'y ajoutent le piano et le bandonéon. C'est une musique pleine de grâce et de vivacité: elle donne l'image de la bonne humeur, de la faconde des Françaises, des Italiennes et des Espagnoles qui vivent dans ces bordels, aguichant policier, voleurs, marins et mauvais garçons qui leur rendent visite. Le tango est gai.

Voici maintenant un tango "savant" de Stravinsky, aux mesures complexes; c'est la première des trois danses (avec une valse et un ragtime) extraites de l'Histoire du soldat:



Quant à la rumba, elle a historiquement trois variantes: le yambù, la columbia (danse réservée aux hommes) et la rumba guaguancò, la plus populaire, une danse dans laquelle la femme cherche à contenir la fougue du partenaire masculin.

Voici le rythme caractéristique de la rumba:
Dans le répertoire "savant", on trouve peu de rumbas. Voici l'Ouverture cubaine de George Gershwin, écrite à la suite de son voyage à La Havane en 1932. Cette pièce a porté initialement le titre de "rumba". Gershwin ajoute à l'orchestre des percussions du folklore cubain (maracas, gourdes, claves et bongos) qui donnent à sa musique une couleur particulière.



Et puis cette Jamaican rumba, écrite en 1938 par le compositeur australien Arthur Benjamin (1893-1960) et qui fit sa notoriété:



Pour le service rendu à la popularité de l'île, on dit que le gouvernement jamaïcain remercia Arthur Benjamin en lui octroyant un baril de rhum gratuit par an!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire